Archives des Désire - 2 minutes de bonheur

Frais de port offerts à partir de 20€ d’achats !

Je désire

D’où viennent nos désirs ?

Nos désirs proviennent de notre sensation de manque, comme si obtenir ce manque pouvait nous combler. L’étymologie latine du mot « désir » signifie « regretter l’absence de ».

Les désirs reviennent à s’interroger sur ce qui nous fait défaut, sur les barrières entre nous et notre bonheur. Peut-être avez-vous déjà ressenti cette tension qui semble vous dominer quand vous ne pouvez plus voir votre corps en peinture et que la chirurgie esthétique vous semble être le seul recours possible à ce mal-être.

Ou bien lorsque vous vous auto-persuadez que votre vie serait tellement mieux avec le dernier Iphone. Et lorsque finalement, vous l’avez en main, vous avez envie de l’Apple Watch…

Les stratégies marketing sont passées maîtres dans l’art de jouer avec nos désirs et de nous donner l’impression que nos achats vont contribuer à notre bien-être durable. 

Le désir, un animal tyrannique

Epictète, philosophe grec de l’école stoïcienne, recommande de renoncer totalement à ses désirs pour atteindre la paix de l’âme. Car le désir est un animal tyrannique :

D’abord, la sensation de manque peut nous rendre chroniquement insatisfait. Cela nous donne l’impression de ne pas avoir toutes les cartes en main pour être heureux aujourd’hui. Si seulement je gagnais plus d’argent, ma vie serait tellement plus facile, je serais tellement plus épanouie.

L’escalade des besoins

Ensuite, une fois assouvi, le désir est souvent remplacé par un autre. Nous nous sentons bloqués dans une course au toujours plus. Nous avons l’impression d’être l’esclave de nos manques.  

Je désire donc je vis !

Cependant, l’absence totale d’envies est un des symptômes de la dépression. Lorsque même nos passe-temps et les activités que nous apprécions d’ordinaire n’éveillent plus de motivation en nous, lorsque nous ne trouvons plus la force de sortir de notre lit, ce sont parmi les premiers signaux d’un mal-être profond

Etes-vous déjà passé par les montagnes russes du désir et du désenchantement lorsque celui-ci est assouvi ? Tant que le désir reste dans le domaine de notre imaginaire, nous sommes excités par la projection que nous nous en faisons.

Puis une fois que nous avons assouvi notre désir, notre bonheur redescend lentement avec le temps.

Par exemple, pendant des mois, vous avez souhaité obtenir ce poste. Vous vous étiez imaginé gérer cette équipe, planifier ces projets et développer vos idées grâce à cette nouvelle position. Lorsque vous y êtes arrivé, vous avez fait feu de tout bois, secondé par une équipe motivée. Et puis avec le temps, vous avez recommencé à râler contre ce qui ne vous convient pas dans la société ou sur ces compétences qui vous font encore défaut, sur ces formations qu’on ne vous accorde pas assez souvent, sur ces collègues qui ne partagent pas toujours votre envie de relever les défis…et vous avez commencé à regarder ailleurs, d’autres postes, d’autres compagnies.

C’est aussi cet homme qui économise pendant des mois voire des années pour s’offrir sa voiture de rêve. Le jour où il roule enfin dedans, un nouveau modèle est mis sur le marché et sa nouvelle voiture lui apparait démodée et sans intérêt. Ce cercle vicieux est humain, tout le monde passe par ces phases. C’est ce que l’on appelle l’adaptation hédonique

Qu’est-ce que l’adaptation hédonique ?

Une étude très connue du Dr Brickman de l’Université de Northwestern dans l’Illinois a mis en lumière en 1978 ce concept de l’adaptation hédonique.

Des études sur le désir

Les chercheurs se sont intéressés à 3 groupes d’individus : un groupe de gagnants à la loterie, un autre constitué de personnes devenues paralysées à la suite d’un accident et un groupe de témoins neutres menant une vie relativement stable sans haut ni bas majeur.

Au début de l’étude, le groupe des blessés ressentait sans surprise le niveau de bonheur le plus faible. Ils étaient cependant capables de focaliser leur attention sur les petites choses positives du quotidien comme les compliments, le rire alors que les gagnants au loto ne s’y montraient pas sensibles. 

L’étude s’est prolongée et les sujets ont de nouveau été interrogés sur leur niveau de bonheur.

La conclusion est révolutionnaire : au bout d’une certaine période, le niveau de bien-être des 3 groupes d’individus atteint le même niveau. Avec le temps, les gagnants au loto n’étaient plus aussi grisés par leur gain rapide et les victimes d’accidents avaient été capables de s’adapter à leurs nouvelles conditions de vie. Leur résilience avait atténué leur souffrance au fil du temps.

Cette étude démontre la formidable capacité d’adaptation des êtres humains. Une force positive lorsqu’il s’agit de faire preuve de résilience (podcast 65)

Désir et insatisfaction

Le revers de la médaille est que, par nature, nous ne sommes pas capables de capitaliser sur ce qui nous arrive de positif. Cette adaptation hédonique se produit à cause de deux facteurs :

D’abord, au fil du temps, nous percevons notre changement de conditions comme un nouveau normal. Nous nous accoutumons. Nous avons de nouveau l’impression de vivre pas mieux que l’ordinaire, nous percevons de nouveau des frustrations. Notre réflexe « jamais contents » reprend le dessus. 

Ensuite, nous avons tendance à nous comparer aux autres. C’est parfois de la comparaison aux autres que jaillissent de nouveaux désirs et envies. Ces derniers révèlent des manques qui atténuent le niveau de bien-être que vous aviez atteint en assouvissant votre désir. 

Le désir sans fin

Alors, puisque le désir est sans fin et qu’inexorablement nous revenons naturellement à notre niveau de bien-être initial, devons-nous arrêter de nourrir des désirs ? Le désir est-il une maladie dont il faut se soigner ?

Que se cache-t-il derrière le désir ?

Le désir est un sujet intime, dont il est difficile de s’ouvrir aux autres. Nos désirs sont souvent des révélateurs de ce qui se cache dans notre cœur, de nos valeurs et de ce à quoi nous aspirons profondément. Il nous est propre. C’est un élément qui constitue notre unicité en tant qu’individu à part. Mes désirs expriment ce que je cache en moi et ne sont probablement pas les mêmes que ceux de mon voisin. Ils sont singuliers.

Par exemple, mon désir de créer ma propre société peut-être un révélateur de mon besoin d’indépendance, de mon envie de liberté. Il illustre aussi mon courage, mon besoin de prendre des risques et de sortir de ma zone de confort. Ou bien j’aspire peut-être à créer, à contrôler 100% d’un projet qui me ressemble. Dans la même veine, mon désir d’écrire un roman est peut-être le signe que j’ai besoin de laisser la trace de mon passage, que j’ai besoin de transmettre quelque chose en héritage. 

Interroger ses désirs

Interroger ses désirs pour y lire ce qu’ils disent de nous est un excellent exercice pour progresser sur le chemin de la connaissance de soi. 

Désirer est le propre de l’homme. C’est ce qui le différencie de l’animal. Il aspire naturellement à grandir et s’épanouir. Naturellement, il est en quête de sources de croissance personnelle.

Un regard de philosophe sur le désir

Spinoza va encore plus loin. « Le désir, écrit le philosophe dans l’Ethique, est l’essence même de l’homme». Instinctivement, nous souhaitons survivre et déployer la vie qui nous habite. L’homme serait animé d’un conatus, à la différence de l’animal. Le conatus c’est cette force qui vient du « désir de persévérer dans son être ». En tant que corps, nous cherchons naturellement à vivre le plus longtemps possible et aussi à vivre dans des conditions confortables.

En tant qu’âme, l’homme désire permettre à son âme d’accéder à de plus en plus de connaissances, de croître.

Les désirs des jeunes enfants

Vous l’avez sûrement déjà constaté au contact de jeunes enfants. Nous sommes souvent étonnés de voir qu’en dépit de leur jeune âge, ils savent très bien ce qu’ils veulent. La moindre frustration ou la difficulté à accomplir quelque chose qui leur tient à cœur déclenche des crises pas possible.

Je repense souvent à mon fils qui s’entêtait à vouloir faire lui-même ses lacets et pouvait y passer des heures. Si j’avais le malheur de faire obstacle, je passais un sale quart d’heure.

Chez les petits enfants, nous sentons bien cette prégnance naturelle du désir. Leurs désirs sont purs, ils ne sont pas encore un produit de leur culture. Nous constatons aussi combien cela les pousse à se développer. 

Que se passe-t-il dans mon corps avec le désir ? 

Lorsque nous visualisons le bien à atteindre, notre cerveau se met à sécréter de la dopamine, une de celles que l’on appelle « les molécules du bonheur ». La dopamine est l’hormone du « je cherche » pour combler un manque. C’est l’espoir de l’accomplissement du désir qui déclenche la libération de la molécule.

Vous l’avez d’ailleurs probablement ressenti vous-même sous la forme de ce que l’on appelle plus communément l’excitation. Lorsque votre cœur s’accélère, que vos terminaisons nerveuses sont plus sensibles, que vous êtes plus impatients. Elle est donc un petit coup de boost chimique qui nous met en action. 

Le désir permet d’exister et de s’affirmer

Vous voyez où nous venons en venir. Le désir n’est donc pas à prendre au négatif comme une plainte ou l’expression d’un manque. C’est ce qui permet à chacun d’exister et de s’affirmer.

C’est grâce à nos désirs que nous imaginons comment nous souhaitons grandir et nous développer. Ce sont les projections du désir qui nous révèlent une autre version de nous-mêmes, celle à laquelle nous aspirons. Le désir est élan et force motrice.

C’est en nous imaginant meilleurs, plus beaux, plus intelligents… que nous ne sommes aujourd’hui que nous nous lançons. Le désir nous pousse à accomplir ce que nous estimons être une meilleure version de nous-mêmes.

Visualiser son but ou son rêve

Visualiser son but ou son rêve est un facteur de motivation et de créativité. Diderot disait « On dit que le désir nait de la volonté, c’est le contraire, c’est du désir que naît la volonté. Le désir est fils de l’organisation ». Nous puisons dans nos ressources pour inventer des moyens d’assouvir notre désir. Rappelez-vous de notre Bulle de bonheur #81 je pratique le WOOP.

Par exemple, grâce à la visualisation, vous allez vous imaginer avoir une relation apaisée avec votre ado. Vous allez identifier tous les éléments concrets qui marqueront que vous avez atteint votre objectif. Vous vous voyez aller faire du shopping ensemble et profiter de ce bon moment de complicité, l’écouter s’épancher sur ses états d’âme au coin du feu, la regarder sortir le samedi soir avec confiance.

Maintenant que vous voyez le résultat, vous identifiez tous les chemins pour l’atteindre, bref vous développez des trésors de créativité pour consolider la relation dès aujourd’hui. Et vous vous y mettez. 

Le désir nous met en action

Le désir nous met donc en action, nous pousse à combler le manque. Spinoza affirme que lorsqu’il est libre et qu’il correspond à nos aspirations intérieures et à nos valeurs (rappelez-vous, nous vous en avons parlé dans notre Bulle de bonheur #75 J’identifie mes valeurs), le désir est une grande source de joie. Et comme vous le savez grâce à notre Bulle de bonheur #9 Je cultive la joie, la joie est l’émotion de l’énergie positive – elle donne de l’élan, pousse à l’action, favorise l’optimisme. Elle dynamise et donne envie d’avancer.

Elle est donc souvent associée à la réalisation de soi et à la réussite. C’est un cercle vertueux : désirer c’est avancer et avancer nous procure de la joie qui nous donne un supplément d’élan.

Je complèterai en disant  que si les désirs que nous assouvissons sont en liens avec nos valeurs et  les sens que nous voulons donner alors .non seulement la joie est décuplée et l’adaptation hédonique sera moindre. La différence de ressenti durable entre un week-end un peu fou que j’organise pour épater mes amis et un week-end qui a pour but entre amis d’entreprendre la réflexion d’une maison pour une famille dans le besoin. 

Peut-on aussi considérer que les désirs non assouvis sont positifs ? 

Le désir s’inscrit dans le temps. Désirer c’est attendre. Qui plus est, une fois que le désir est assouvi, il n’existe plus. Durant la période d’attente, le désir grandit, il se nourrit de lui-même grâce à notre imagination.

Avec le temps, nous construisons encore mieux notre désir et nous éprouvons le plaisir d’attendre quelque chose. Par exemple, vous désirez faire un tour du monde. Entre le moment où vous imaginez votre itinéraire et le moment où vous appuyez sur la souris pour acheter vos billets d’avion, votre désir s’est considérablement intensifié. . Plus l’attente est longue, plus le vrai désir grandit et plus l’espace de fécondité est grand. 

Filtrer les désirs par l’attente

L’attente permet aussi de filtrer nos désirs. Mis à l’épreuve du temps, ils se maintiennent ou non.

Nous renonçons à certaines envies, certains élans. Le temps nous a permis de prendre du recul et de nous interroger sur la connexion entre ces désirs et nos valeurs, nos besoins, nos aspirations profondes. Pour illustrer cela de façon très triviale, savez-vous quel est le meilleur conseil qui puisse être donné à une accro au shopping qui souhaite se soigner ? Attendre. Laissez passer quelques jours après avoir flashé sur cette petite robe en vitrine et ré-interroger son désir de posséder cette robe. 

Le plaisir du désir…

Enfin, savourer un désir non assouvi c’est possible ! Le désir est comme un chemin dont nous pouvons profiter pleinement.

Profiter de la route vers l’assouvissement ou non de ses désirs est aussi le principal barrage à notre capacité d’adaptation. Mihaly Csikszentmihaly, un psychologue hongrois contemporain qui a introduit la notion de « Flux » nous dit : « Rien de mal à vouloir grimper plus haut tant que nous goûtons avec plaisir les difficultés du parcours ».

Vivre à fond le chemin qui mène au désir plutôt que de le vivre comme une tension négative est un chemin de bien-être profond.

Nous apprécions nos activités, nous mettons en application nos talents et conservons un certain niveau de contrôle de nos émotions. Imaginons par exemple que vous nourrissez le désir d’avoir votre propre chez-vous. Vous imaginez le quartier, l’agencement, le look, la lumière, l’ambiance, les meubles que vous aimerez y mettre. Au fil du temps, vous vous procurez même des éléments de déco que vous aimeriez y installer. Votre joie se nourrit de la préparation de cet appartement, de l’attente de l’assouvissement de votre désir. 

3 pistes pour vivre pleinement ses désirs sans souffrir d’insatisfaction chronique.

Pratiquez la gratitude : nous vous en avons parlé dans notre Bulle de Bonheur #20 J’adopte la gratitude. La gratitude nous permet de savourer les événements positifs. En nommant le positifs de notre journée nous évitons de prendre tous ces petits événements pour acquis. Nous restons dans un bain d’émotions positives. 

Pensez à ce que vos désirs vous révèlent sur vos besoins et vos valeurs profondes. Peut-être qu’il y a plusieurs manières de vous épanouir au-delà de l’objet de votre désir.

Par exemple, si vous ressentez le désir de voir davantage votre famille. Ce projet ne se réalise malheureusement pas toujours facilement. Peut-être est-ce un révélateur que vous souhaitez prendre soin des autres ou que vous aimez voir du monde ou encore vous vous retrouver dans votre maison familiale vous fait du bien.  Bref, il y a autant de lectures possibles et de chemins de croissance qu’il y a d’individus.

Interroger ses désirs c’est apprendre à mieux se connaître. 

Renforcez vos relations : les liens que nous tissons avec les autres résistent à l’adaptation hédonique. Il semble que nous soyons capables de profiter longtemps de la qualité de nos relations aux autres, d’une belle amitié ou d’une vie de couple épanouie. Allez faire un petit tour par notre Bulle de bonheur #79 Je créé du lien social pour en savoir plus. 

Je désire, en bref : 

  • Le désir est humain et révèle nos valeurs intimes et notre singularité.
  • Nous portons en nous une tendance naturelle à l’insatisfaction car nous nous adaptons à nos changements de vie qu’ils soient positifs ou négatifs.
  • Le désir est fécond : plus qu’un manque de quelque chose, le désir nous met en action pour l’obtenir.
  • Désir et attente constituent un cocktail de bien-être à long terme

Allez hop je me lance !

Une carte piochée dans 2 minutes ensemble ! « je choisis un de mes désirs, je pense à ce qu’il dit de mes aspirations et j’identifie une piste pour le concrétiser » 

Suivez-nous !

La Pétillante de 2 Minutes de bonheur : 100% positif 2 cartes gratuites par mois !

Tous les jeudis, des exclusivités pour faire le plein de positif ! Bonus : 2 cartes gratuites par mois !