Podcast # 87 - J'ose oser - 2 minutes de bonheur - Dépasser ses peurs

Frais de port offerts à partir de 20€ d’achats !

J’ose oser

Retrouvez notre podcast Bulle de Bonheur sur Itunes ou Spotify chaque jeudi ! Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire #LaPétillante : des conseils, des surprises, des cadeaux !

Retrouvez tous nos jeux ici ! 

Vous aimez notre podcast #BulledeBonheur ? Laissez-nous un commentaire ou une note  (5 étoiles, c’est mieux !) pour nous encourager !

Cette peur de rater est peut-être une illusion. Cependant, elle est surtout une source de frustrations et de déceptions. Et à long terme elle inhibe notre capacité à oser de nouvelles choses. 

On ne naît pas timide ou complexé, on le devient

La place de l’enfance

Nous sommes parfois conditionnés depuis notre enfance par le besoin impérieux de réussir, de tout bien faire parfaitement et de savoir oser. Cela a commencé enfant quand nous nous efforcions de finir notre assiette pour faire plaisir à nos parents, puis à l’école lorsqu’il fallait rapporter de bonnes notes. Ou lorsque nos parents nous laissaient faire la cuisine en surveillant les proportions de très près. Enfin,gare à nous si nous cassions l’œuf maladroitement ! Réussir aussi auprès de nos copains lorsqu’il fallait être le plus fun, le plus branché, le meilleur en sport pour épater la galerie, etc.

Parfois ce sentiment de devoir réussir prend tellement de place qu’il nous étouffe. Alors nous préférons ne pas commencer, pour ne pas prendre de risque.

Et adulte, ose-t-on ?

Par exemple, je joue au tennis, je me débrouille pas mal, mais je préfère ne surtout pas m’inscrire à un tournoi de peur d’être éliminé rapidement. Ou alors, je n’essaie pas de nouvelles recettes, la dernière fois j’ai fait brûler une tarte que je rêvais d’essayer depuis 6 mois. Et d’ailleurs mes enfants sont hyper exigeants et n’ont pas raté l’occasion de le souligner.  Enfin, j’aime bien courir mais jamais je ne m’inscrirai à un semi-marathon avec des amies. J’ai bien trop peur d’arriver 1 heure après elles ! 

Encore des exemples

Pour finir, j’évite de m’inscrire sur ce site de rencontres car je suis persuadé de ne pas être à la hauteur. Alors, je pense, aussi, à cet ami en pleine reconversion. Il est bourré de talents mais n’ose pas contacter les personnes qui pourraient l’embaucher dans le nouveau secteur d’activité qu’il convoite, car il n’a pas le diplôme exact qu’il lui faudrait. Ou encore, je viens de passer à la retraite et je me terre chez moi car je me sens inutile et suis en fait pas capable de grand-chose à part le job que je faisais. 

La peur de la nouveauté empêche d’oser

A bien considérer les choses, avoir peur d’oser peut dissimuler la peur de la nouveauté. Et oui, sortir de sa zone de confort (podcast 57 je sors de ma zone de confort) peut effrayer certains à des degrés différents. 

La peur d’échouer, et la peur d’être jugé. 

En somme, en creusant davantage, on tombe sur ces deux freins majeurs qui nous empêchent bien souvent d’oser.

Car le véritable obstacle, dans la réalisation de quelque chose de nouveau, d’un examen ou d’un saut dans l’inconnu a lieu la plupart du temps AVANT l’épreuve concrète. C’est en cela que les véritables obstacles sont intérieurs.  

En fait, j’ai souvent peur d’échouer ? Alors je peux me demander « A qui vais-je faire de la peine si je ne réussis pas ? » « Qui ai-je peur de décevoir ? Mon mari ? Ma mère ? Mon manager ? »

En ce qui concerne la peur d’être jugé, c’est lorsque je me demande, au fond : « Serai-je serai autant aimé des autres s’ils voient que je ne suis pas parfait, ou bien que je suis un peu différente de ce que je donne à voir socialement ? »

L’autosabotage

Certains sont même parfois très forts pour s’auto saboter ! Je repense à cette jeune femme qui avait décroché un entretien pour ce poste qui l’attirait énormément. Elle maîtrisait clairement 80% de la fiche de poste. Au fond d’elle, les 20% restants l’intimidaient mais elle savait qu’elle en était capable. Et voilà qu’au cours de l’entretien, elle s’est mise à bafouiller, à présenter au recruteur tout ce qu’il lui manquait, ou toutes ses contraintes logistiques, personnelles etc. Elle était victime de ce sentiment de l’imposteur qui nous fait douter de nos talents. 

Pourtant le seul risque que nous prenons en essayant de faire ce que nous aimons est… d’être plus épanoui ! 

Oser, c’est sortir de ma zone de confort

Alors, changer radicalement me donne-t-il le vertige ? Donc, je peux initier cette dynamique en modifiant de petites habitudes que je pensais immuables, ou alors auxquelles je n’ai jamais pensé.  (Podcast 57 je sors de ma zone de confort)

Toute réflexion faite, j’aimerais vous raconter l’histoire de Lu Ann Cahn, une journaliste américaine. En réalité, il y a dix ans, après un cancer, elle s’est lancée le challenge « one year of firsts ».  De ce fait, son défi était d’expérimenter quelque chose de nouveau chaque jour.  Elle explora en un an des choses aussi nouvelles et variées qu’un concours de boules de neige, un repas 100% cru, un appel Skype avec un inconnu qui vivait le même challenge qu’elle, courir déguisée en père noël … 

Expérimenter de nouvelles choses nous réveille

En définitive, c’est une vraie gymnastique intérieure et un puissant antidote à la déprime. Je n’ai pas l’énergie de tout renouveler maintenant ? Alors, je commence par de petites expériences à ma portée. Le nouveau a un effet énergisant immédiat, et qui infuse mon moral à long terme. 

Une petite étincelle pour allumer un brasier et oser. 

Oser est un cercle vertueux

Ça n’est rien de moins qu’un cercle vertueux. Quand je mets le pied (ou juste un orteil) dans quelque chose d’inconnu, cela déclenche souvent un élan nouveau. Le grand romancier, dramaturge, poète, scientifique et mille autres choses encore Goethe l’a lui-même expérimenté “Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie.” 

Concrètement

Pour commencer, je rêve de changer de métier, mais je n’ose pas, ou je ne sais pas comment m’y prendre. Un premier tout petit geste peut être de chercher sur internet ou dans mon réseau les contacts de professionnels du bilan de compétences. Ou ce à quoi j’ai droit en termes d’heures de formation.

Ou encore, j’ai terminé une formation mais je ne sais pas comment passer à l’étape d’après. Ensuite, après avoir refait mon CV, je fais la liste des personnes intéressantes à rencontrer. Pas seulement celles auprès de qui je peux trouver un poste. Tout simplement celles qui peuvent avoir un avis intéressant et des tuyaux sur l’étape d’après. En définitive, cela est tellement énergisant et me met en marche.  

Oser, c’est nourrir mon recueil d’expériences.

En réalité, nourrir son recueil d’expérience est comme un carnet vierge dont on remplit chaque jour une nouvelle page. Pourtant, j’ai peur de me tromper ? Lu Ann Cahn a réalisé au cours de ce défi que l’expérience ne nous évite peut-être pas de faire des erreurs nouvelles, mais nous évite d’en reproduire de vieilles.  Et ça, cela n’a pas de prix. 

En fait, nous le répéterons tant qu’il faudra, mais identifier nos entraves est capital. Nommer, nommer, et encore nommer.

En résumé, mettre un mot sur les craintes qui m’habitent ou sur les angoisses d’échec diverses et variées leur donnent déjà du corps. Or l’on se bat mieux contre son adversaire dans une pièce éclairée que dans le noir ! M’attaquer à ce qui me fait peur peut m’entraîner vers des souvenirs d’enfance, des schémas bien ficelés plein de nœuds. (podcast #15 j’apprivoise ma peur)

Oser, c’est faire un voyage intérieur

Je peux m’arrêter sur ce qui compte pour moi, mon moteur, ce qui me fait vibrer.

De toute façon, vous savez, il s’agit de trouver son « Ikigai », en japonais sa raison d’être, et nous en avons beaucoup parlé dans le podcast 68. Comme dirait le dicton « soyez vous-mêmes, tous les autres sont déjà pris ». 

Mias encore, Faire ce que j’aime = faire ce que je suis. “Owning our story and loving ourselves through that process is the bravest thing that we will ever do.” Brene Brown

Et à partir de là, je peux réévaluer mes peurs.

Alors, je fais le tri entre les peurs qui se basent sur un élément objectif, et celles qui sont de pures fictions construites sur des croyances. Parfois mes croyances (podcast 29) sont tellement vieilles qu’elles sont en béton armé. En fait, il est probable que je me rende compte que je n’osais pas me lancer dans telle aventure. En réalité,  je m’étais construit l’idée que je n’en étais pas capable, que je ne le méritais pas, etc.

Pour déverrouiller l’audace, identifions ce qui l’entrave !

Pour commencer, J’aimerais vous parler de Tim Ferris, célèbre entrepreneur, qui enchaîne les conférences pour raconter comment il est devenu capable de surmonter ses plus grandes peurs.  Il explique beaucoup que les meilleurs résultats ou expériences que nous pouvons vivre sont souvent freinés par de fausses constructions, et des hypothèses non testées. Nous retombons sur la place que prennent les constructions mentales, le subjectif dans notre esprit. Voilà 4 anecdotes qu’il partage pour illustrer ce point. 

Tim Ferris a oser nager !

En effet, c’est l’histoire du plus grand défi de sa vie. Longtemps il ne sut pas nager. Pourtant, il avait pourtant grandi au bord de la mer. Mais une expérience traumatisante pendant un camp d’été au cours duquel il avait failli se noyer avait instillé cette terreur de l’eau. En fait, cette peur allait le poursuivre longtemps.  Alors, il explique très bien au cours d’une conférence TED, que “son incapacité à nager avait été une de ses grandes hontes et humiliations.”

De ce fait, cette humiliation et cette crainte de l’eau lui collèrent à la peau jusqu’à l’été de ses 31 ans. Cet été-là, un bon copain qui s’enfilait des litres de café par jour lui promit de tenir une année sans caféine si lui, Tim, pouvait nager un kilomètre en eaux libres. 

Alors, Tim Ferriss décida de se jeter à l’eau, dans tous les sens du terme, et réussit à nager 1 km dans la mer d’une traite. Et en en sortant, pour la première fois de sa vie depuis longtemps, il eut le sentiment d’être redevenu le super héros qu’il pensait être avant l’accident, lorsqu’il était petit.

Comment a-t-il osé ?

Il a rencontré Terry Laughlin. Thierry Laughlin, c’est un entraîneur de natation, qui a fondé Total Immersion, une technique de natation populaire qui met l’accent sur la forme avant la vitesse. Qui appréhende la nage sous l’angle absolument objectif de la biomécanique. En étudiant froidement les enjeux de propulsion et d’aérodynamique, il trouva la clef pour vaincre sa peur subjective de l’eau. Et il accomplit cet exploit du kilomètre parcouru en eaux libres.

Le témoignage de Tim Ferris

En fait, ce qu’essaye de démontrer Tim Ferriss à travers ses conférences et ses témoignages, c’est qu’il est capital d’identifier ses peurs et d’oser accomplir de grandes choses. “La peur est votre amie. La peur est un indicateur. Parfois, cela vous montre ce que vous ne devez pas faire. Mais le plus souvent, cela vous montre exactement ce que vous devez faire. Et les meilleurs résultats que j’ai eu dans ma vie, les moments les plus joyeux, je les ai eus en me posant cette simple question. “Quel est le pire qui peut arriver ?” Surtout avec les craintes que vous avez acquises lorsque vous étiez enfant. “

En réalité, une fois la peur nommée, attachons-nous à la déstructurer, à l’analyser avec une loupe objective. A revenir au réel.

Tim Ferriss conclut en disant “Prenez l’approche analytique, les capacités que vous avez, et appliquez-les à vos anciennes peurs. Appliquez-les pour de très grands rêves.” 

Et si j’essayais l’optimalisme 

Tal Ben-Shahar, professeur de psychologie positive à Harvard, propose dans son livre, L’Apprentissage de l’imperfection, une voie qu’il appelle l’Optimalisme.

L’optimalisme vient du terme « optimum », qui signifie « le plus favorable pour atteindre un but déterminé ». C’est en fait un « perfectionnisme sain», qui consiste à atteindre les objectifs fixés en faisant le meilleur usage possible du temps dont nous disposons.

De plus, l’optimaliste estime que les échecs, tout comme les émotions négatives, font partie de la vie. En définitive, il les met au même plan que les expériences positives. Sans aller jusqu’à y prendre du plaisir, les optimalistes tirent profit de toutes les situations qu’ils vivent, et n’hésitent pas à se lancer dans de nouvelles expériences au risque d’échouer. On parie que Churchill l’avait en tête, lorsqu’il affirma que « le succès, c’était d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme » !

Quand j’ose, suis-je seul avec moi-même ?

Je suis seul à lever des barrières

D’un côté, je suis seul à pouvoir lever les barrières, desserrer les freins intérieurs qui m’empêchent d’oser. De l’autre côté, j’ai besoin des autres, de mon réseau pour rendre concrètes mes actions.  

Je rêve de sauter en parachute ? Je parle de mon idée à des amis, j’essaye de glaner des infos sur des groupes de discussions en ligne. Je passe des coups de fil pour identifier le prestataire qui m’offrira l’expérience la plus chouette et sécurisée. En fait, en faisant cela, je m’ouvre. J’ai toujours rêvé d’une frange mais j’ai peur d’être moquée ? Hop, je prends rdv chez un coiffeur pour en parler, et lui demander conseil. Un coiffeur a aussi été formé pour étudier la morphologie des visages. Lui demander son avis, c’est lui donner de la valeur.  

J’ai besoin des autres

Ouvrir mon projet et mes idées à d’autres leur donne de l’épaisseur, de la consistance, du relief. En fait, Eexposer mes idées et y intégrer d’autres personnes, c’est créer un tissu de relations qui me fait sortir de ma bulle et élargit mon cœur. Ou encore développe mes idées vers des applications auxquelles je n’avais pas pensé.  Quand je partage, je m’inscris dans le monde, bien vivant et dynamique. 

J’ai toujours rêvé de créer ma boite, mais être indépendant et quitter le cocon de l’entreprise me terrifie ? J’ai peut-être peur de me planter et d’engloutir mes ressources financières ? Ou j’ai peur de ne pas percer ? Rien de tel que d’intégrer un groupe de réflexion constitué de gens qui se posent des questions, d’assister à des conférences sur le sujet, de suivre un MOOC en ligne. Avec la multitude de ressources individuelles, de groupes, connectées ou en personne, je n’ai pas d’excuses pour ne pas faire un pas en avant. C’est souvent en parlant de leur idée que les plus grands créateurs de startup ont trouvé leur associé et que leur projet a décollé. 

En résumé

  • Éviter d’oser c’est avoir peur du changement, d’échouer ou encore du regard des autres. 
  • Nommer mes peurs me permet de mieux les déstructurer. 
  • Entrer en connexion avec mes désirs profonds et ce qui me fait vibrer me permet de re calibrer mes projets et mes priorités. 
  • Accepter la prise de risque rend bien plus heureuse que la prudence immobile.
  • Oser c’est initier des petits changements pour se sentir capable

Prenez 2 minutes pour répondre à cette question tirée de 2 minutes ensemble !  “ j’imagine…réaliser un de mes rêves ”! Et si j’essayais ! 

Laisser un commentaire

Suivez-nous !

La Pétillante de 2 Minutes de bonheur : 100% positif 2 cartes gratuites par mois !

Tous les jeudis, des exclusivités pour faire le plein de positif ! Bonus : 2 cartes gratuites par mois !