La méthode Coué, ça m’a toujours fait marrer ! Pour moi c’est comme refuser de voir la vérité en face. A côté de ça, je n’en reviens pas du pouvoir de l’imagination. Il suffit que je pense à cette présentation que j’ai à faire et hop je stresse en me disant “Il faut que j’assure, je ne suis pas sûre d’y arriver !”. A contrario, je dis à ma fille, à la veille d’un devoir quand elle ne s’endort pas. “Tout va bien se passer, tu as révisé, tu es bonne élève, c’est sûr, ça va marcher” ! Et là ça me chicotte, ces pensées positives et négatives ont-elle un impact sur la manière dont va se dérouler un évènement ? La méthode Coué peut-elle être une aide ?

C’est quoi la méthode Couée exactement 

La définition de la méthode Coué 

Pourquoi parler aujourd’hui de la méthode Coué ? Pour 2 raisons :

1ère raison

La 1ère parce que nous avions envie de lui redorer son blason, un peu trop terni selon nous, en France du moins. La méthode Coué y a en effet souvent mauvaise réputation, prêtant tantôt à sourire tantôt au scepticisme. Elle est régulièrement synonyme de faire l’autruche (“tu n’as qu’à pratiquer la méthode Coué” comme on dirait “fais comme si cela ne se passait pas”). Elle peut également être associée à une méthode artificielle et systématique par laquelle on se répète une chose qui n’est pas vraie mais dont on veut se persuader.

2ème raison

La 2ème est de faire écho au spécialiste français de la méthode Coué, Luc Teyssier d’Orfeuil que nous avons interviewé à Bulle de Bonheur lors de notre numéro 66. Cette méthode s’est pourtant beaucoup développée à l’étranger, notamment en Allemagne, en Russie et aux Etats-Unis. Elle a influencé, voire quelquefois contribué à l’émergence de nouvelles approches. Comme la pensée positive, la visualisation, la sophrologie, l’analyse transactionnelle ou encore la programmation neurolinguistique (PNL). Certains considèrent même que grâce au développement de l’autosuggestion, Émile Coué pourrait être le père du coaching moderne. Et de la nouvelle approche : la thérapie orientée solutions. Alors, connaissons-nous vraiment la méthode Coué ? Nous l’assimilons trop souvent et trop rapidement à une manière de nier la réalité ou à une pensée magique pour gens naïfs ? Un retour sur son origine va nous permettre d’en comprendre ses fondements et son intérêt.

Qui est Emile Coué ?

Émile Coué de la Châtaigneraie naît le 26 Février 1857. Il souhaite devenir chimiste, mais son père n’a pas les moyens de lui payer de longues études. Il rentre alors comme commis en pharmacie pour acquérir une expérience qui peut lui permettre d’envisager de passer un diplôme de pharmacien. C’est ce qu’il fait, et à 26 ans, le voilà pharmacien à Troyes. On raconte qu’un jour, pour se débarrasser d’un client tannant, Emile Coué lui aurait proposé une prescription d’eau distillée. La prescription a été faite avec autant de sérieux que celle d’un médicament (posologie très précise et emphase mise sur l’importance de la respecter).

Un test en réel

Huit jours plus tard, le client est venu remercier Émile Coué pour l’efficacité de son médicament. Réalisant l’influence qu’il peut avoir sur la guérison de ses clients, Emile Coué approfondit alors ses recherches sur le pouvoir de la suggestion et de l’autosuggestion. Il commence à développer sa méthode. En 1913, un jeune licencié en philosophie, Charles Baudouin, prend contact avec lui, car il souhaite pouvoir utiliser les travaux de Coué dans la pédagogie de l’enseignement. Charles Baudouin, par ses recherches et ses nombreux écrits, est souvent considéré comme celui qui a permis à Emile Coué de connaître un rayonnement à l’international. Ainsi, comme nous vous le disions tout à l’heure, la méthode Coué va se développer en dehors de la France, surtout aux Etats-Unis, en Allemagne et en Russie.

Quelle est la méthode d’Emile Coué ? 

Coué réalise que la guérison de ses clients ne passe pas seulement par l’administration de médicaments. Mais aussi par l’état d’esprit dans lequel ils abordent leur situation. « Si, étant malade, nous nous imaginons que la guérison va se produire, celle-ci se produira si elle est possible. Si elle ne l’est pas, nous obtiendrons le maximum d’améliorations qu’il est possible d’obtenir » (La Maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente (1926)). Pour Emile Coué, il suffit donc de se convaincre que l’on va bien, mentalement comme physiquement. Cette forme d’autosuggestion consciente (ou d’autohypnose) revient à « s’implanter une idée, en soi-même, par soi-même ». La formule la plus connue pour se mettre dans la tête une telle idée est la phrase : “Tous les jours et à tout point de vue, je vais de mieux en mieux”.

Exercices Coué

Répétez-là tous les matins et tous les soirs, les yeux fermés, sans chercher à fixer votre attention sur ce que vous dites. En d’autres termes, vous plantez en vous une graine d’idées positives, et elle deviendra fleur ! Vous comprendrez sans doute pourquoi la simplicité de cette méthode a pu être source de doute et de moqueries. Car “trop facile pour être vrai” ! Pourtant, la méthode Coué n’a rien d’un procédé magique. L’idée est de transformer en acte les pensées grâce à un état d’esprit bienveillant.  «Ce n’est pas la volonté qui nous fait agir, mais l’imagination » nous dit Emile Coué. Aujourd’hui, la méthode Coué fait partie des théories psychosomatiques. En effet, elle repose sur les concepts de prophéties autoréalisatrices et d’effet placebo.

La méthode Coué en pratique

Et si je décidais de pratiquer la méthode Coué ? 

Cette méthode a l’avantage d’être simple, donc facile à mettre en œuvre. Nous savons que notre subconscient détermine en grande partie nos états physiques et mentaux. Or, la méthode Coué nous propose un moyen d’influencer notre subconscient, en faisant appel au pouvoir de notre imagination. Elle nous offre la possibilité d’imaginer le possible et le positif. Comme nous l’avons dit, Coué fait bien la différence entre la volonté et l’imagination. Et c’est d’ailleurs peut-être cette différence qui a été occultée par certains détracteurs de cette méthode. Ils ont pensé que Coué disait “quand on veut, on peut” . Il ne s’agit donc pas de vouloir guérir, mais de s’imaginer guérir.

Principes de base de la méthode Coué

Pour expliquer les principes de base de sa méthode, Émile Coué se référait souvent à l’image que Blaise Pascal utilisait à propos du vertige. “Chacun d’entre nous est capable de marcher sur une planche de 10 mètres de long et de 25 centimètres de large si celle-ci est posée sur le sol. Supposons que cette planche soit placée entre les deux tours d’une cathédrale, peu de personnes seront prêtes à s’élancer” ! Dans le premier cas, l’imagination nous dit que la traversée est facile, dans le second, nous imaginons la chute donc nous n’osons pas tenter la traversée.

La méthode Coué repose sur 2 postulats :

  • Une pensée peut devenir réalité (dans la limite du raisonnable bien sûr !)
  • Notre imagination nous fait agir. Quand nous agissons, c’est certes parce que nous le voulons mais c’est surtout ce que nous imaginons que nous pouvons.

La méthode Coué est régie par 5 lois : 

  • Une pensée que nous avons en tête est pour nous la réalité, et a tendance à se réaliser (voir l’exemple de la chute évoqué plus haut).
  • La première faculté de l’homme est l’imagination.
  • Quand il y a lutte entre l’imagination et la volonté, c’est toujours l’imagination qui l’emporte sans aucune exception.
  • Lorsque la volonté et l’imagination sont en accord, elles font plus que s’ajouter, elles se multiplient.
  • L’imagination peut être conduite” (https://www.methodecoue.com/)

Principes d'Emile Coué

Comment utiliser les principes d’Emile Coué

L’autosuggestion par les mots 

Se dire des mots positifs

C’est l’exemple type de la phrase que nous vous citions en début de podcast.  “Tous les jours et à tout point de vue, je vais de mieux en mieux”. Il s’agit donc ici de pratiquer l’autosuggestion par la répétition d’une phrase positive et motivante. Cette approche est généralement la plus connue et la plus couramment associée à la méthode Coué. Emile Coué affirmait d’ailleurs que nous étions les champions de l’autosuggestion. Pourtant, force est de constater que nous la pratiquons plus rarement de manière positive. Nos fausses croyances en sont un bon exemple et illustrent bien la capacité que nous avons de nous répéter des choses négatives et de finir par en faire une réalité (Bulle de Bonheur #29 je dépasse mes croyances).

Nos fausses croyances

Si nos fausses croyances sont renforcées par ce que les autres nous disent ou par des erreurs que nous faisons, Emile Coué fait une démonstration. Il montre que le simple fait de s’imaginer tomber, rater, échouer ou tout autre résultat négatif agit comme une prédiction, une programmation vers l’échec. Sa méthode propose donc d’agir à l’inverse. D’utiliser cette force de l’imagination pour se programmer vers le positif.  “Ça va bien se passer”, “ma confiance en moi se renforce”, “je vais réussir”, « je suis capable», “j’ai telle qualité”...

Construire sa suggestion

Commencez par “Je”, utilisez le présent ou le futur proche  (verbe aller au présent + verbe d’action à l’infinitif), formulez positivement et avec le plus de précision possible (Quoi ? Où ? Quand ? Comment ?…). Par exemple, si vous avez peur de prendre la parole en public et que vous devez intervenir prochainement dans une réunion, vous pourriez vous répéter. “Mercredi prochain, je vais prendre la parole en réunion d’équipe, avec calme et précision” (au lieu, “je ne vais pas avoir peur quand je vais parler en public”). Si vous appréhendez de passer une nouvelle nuit d’insomnie, vous pourriez vous suggérer .“ Je vais dormir cette nuit dans mon lit, profondément, d’une traite et jusqu’à 7h00 du matin” (et non “je ne vais plus me réveiller en pleine nuit”).

Répéter à voix haute plusieurs fois d’affilée et plusieurs fois par jour

Pour ne pas avoir à faire l’effort de compter le nombre de répétitions, Emile Coué conseille d’utiliser une corde à 20 nœuds ( un peu comme un chapelet…). Emile Coué recommandait de répéter 10 fois de suite et 3 fois par jour, à voix haute pour que notre oreille externe soit aussi sollicitée.

Pratiquer dans un contexte adéquat qui favorise la détente et le lâcher prise

Par exemple au cours d’une séance de décontraction et de respiration en position assise ou allongée. Il est possible également de répéter nos mots en faisant une activité qui occupe notre conscient. Pendant la douche, en marchant, en repassant, en faisant son jogging … Pour vous aider à méditer rendez-vous sur nos podcast 114 et 122

L’autosuggestion par l’image

Nous vous avons déjà parlé de cette technique, qu’on appelle aussi visualisation. Elle est par exemple utilisée par les sportifs de haut niveau pour se préparer à une compétition. Pour le skieur, elle consiste par exemple à s’imaginer réaliser le slalom, en se voyant passer chaque porte, amorcer chaque virage, anticiper chaque variation du relief. La visualisation est très utilisée en PNL et en sophrologie. Elle peut se faire de deux manières. En se déroulant un film (exemple du skieur) ou en projetant une image agréable. Cette image, réelle (une photo par exemple) ou imaginaire, va provoquer un ressenti positif. S’imaginer être au bord d’une plage par exemple peut générer un état de détente et de bien-être. Chacun choisira son image en fonction de ce qu’il souhaite obtenir comme ressenti (le calme, la force, la paix, l’énergie…).

L’autosuggestion par le corps

Il est possible de pratiquer l’autosuggestion par le corps. C’est exactement sur cette technique que reposent des pratiques comme le yoga du rire, qui utilisent le corps comme vecteur d’émotions positives. La neuroscience prouve d’ailleurs l’efficacité de ces pratiques (Bulle de Bonheur #22 sur les bienfaits du rire). Les praticiens de l’autosuggestion proposent plusieurs manières pour le faire :

Pratiquer la respiration ventrale

Elle favorise la détente et le bien-être, en agissant notamment sur le diaphragme. Celui-ci en effet, grâce aux mouvements de notre ventre, va être plus mobile. Il va passer de la forme d’un bol (inspiration) à celle d’un parachute (expiration). Cela permet un massage de notre plexus solaire qui va à son tour libérer des endorphines, hormones de bien-être. La respiration ventrale est souvent appelée respiration anti-stress, car sous l’effet du stress, le diaphragme se bloque, la respiration reste à la hauteur du thorax et est incomplète. Poser ses 2 mains sur le ventre pour sentir les mouvements de l’abdomen qui se gonfle dans vos paumes et se dégonfle peut aider à prendre conscience de sa respiration basse. Pensez aussi à allonger votre respiration, notamment en soufflant plus longtemps que d’habitude, cela libère tensions et pressions.

Sourire

C’est un autre outil d’autosuggestion par le corps, qui se pratique autant pour les autres que pour soi. Si vous doutez des bienfaits du sourire ou si vous les avez oubliés, nous vous invitons à écouter notre podcast sur le sujet (Bulle de Bonheur #107)

Coué décrit sa méthode comme une “méthode préventive et curative”.

La méthode Coué est une pratique reconnue aujourd’hui. Pratiquée régulièrement et consciencieusement, elle permet d’améliorer la santé physique, de bénéficier des pouvoirs de la pensée positive sur notre inconscient et de renforcer la confiance en soi.

Si je résume :

Les principes d’Emile Coué sont simples à mettre en place et se pratiquent plusieurs fois par jour,
  • soit par la parole : répéter à haute voix une phrase positive et concrète
  • ou par l’image : visualiser quelque chose de plaisant ou se voir comme l’acteur principal du film qui déroule la situation que nous allons vivre.
  • soit par le corps : adopter une attitude physique orientée pour envoyer un message positif à votre cerveau (respirer, sourire …).
A vous de jouer ! Tirez une carte de 2mn ensemble et choisissez  un lieu que vous aimez auquel vous pourrez penser quand vous avez besoin de vous détendre ! Mettez en pratique cette fameuse méthode ! Vous avez peut-être beaucoup à gagner et sûrement rien à perdre !! Citation  La petite mousse de cette semaine nous fait trinquer pour relever un défi et c’est Alain qui nous la sert : « Mimez l’assurance plutôt que la timidité, mimez la force plutôt que la faiblesse, mimez la bonne santé plutôt que la maladie, et l’imagination dévastatrice aura du mal à s’installer. » Avec Bulle de Bonheur, prenez le temps d’être heureux