Bulle de Bonheur #100 - C'est que du bonheur ! - 2 minutes de bonheur

Frais de port offerts à partir de 20€ d’achats !

C’est que du bonheur !

le bonheur

Partager du bonheur c’est aussi vous raconter l’histoire de Bulle de Bonheur. Il y a 2 ans, Raphaëlle de Foucauld et Albane Français parlaient de cette idée de podcast sur le bonheur. Effectivement Elles se sentaient partagées, chicotées. Est-ce vraiment une idée constructive et intéressante ? Etaient-elle en train de tomber dans un sujet à la mode, qui serait plus un truc marketing qu’un outil efficace pour vous aider à enrichir votre vie ? 

Et en même temps, savoir que la science avait prouvé que 40% de notre bonheur dépendait de nous, confirmait que le sujet était d’importance. Cela leur donnait sacrément envie d’apporter quelques bulles de bonheur à ce qui existait déjà ! Aujourd’hui, avec ces 100 épisodes de bulle de bonheur, vos milliers d’écoutes et vos remerciements nombreux. Elles ne regrettent pas d’avoir sauté le pas. Alors cette semaine, on ne chicotte pas ! on continue ! Longue vie à Bulle de Bonheur !

Alors c’est quoi le bonheur ?

Faire le choix du bonheur 

Cela suppose donc au départ un acte de volonté et la croyance que chacun peut être acteur de son bonheur. Et cet état d’esprit est important, car l’étude de Sonja Lyubomirsky a mis en évidence que 40% de notre bonheur dépend de nous. 10% seulement du bonheur est lié à notre environnement (milieu social, circonstances extérieures …) et 40 % est lié à notre génétique. Donc, attendre que le bonheur vienne de l’extérieur est une erreur. Qui n’a pas une amie, qui accablée de problèmes vous dit qu’elle est heureuse et qu’elle a de la chance. Pourtant,  ses enfants sont dans des situations instables. Ses parents malades lui demande un temps fou, du coup, elle a du mal à assumer son boulot comme elle aimerait. En plus son conjoint a tout le temps pleins de bobos… C’est fascinant de faire le choix du bonheur !

Accepter que le bonheur soit en nous JCela implique donc d’arrêter de faire dépendre notre bonheur des autres ou d’un futur hypothétique.

Exit les phrases comme : “ça ira mieux quand je serai en couple”. “J’aurai moins de difficultés quand mon enfant sera grand”. “Quand mon boss me donnera des dossiers intéressants, j’arrêterai de me plaindre de mon boulot.  “Quand on aura plus d’argent, je serais plus en sécurité ! Cf podcast #55 je suis acteur de ma vie

« Chercher le bonheur en dehors de nous c’est comme attendre le soleil dans une grotte orientée au Nord. » Adage Tibétain

Le bonheur et les fausses croyances

Exit également les fausses croyances : la beauté, le sexe, le pouvoir, l’argent et la célébrité ne sont pas synonymes de bonheur. je vous renvoie au livre de Mylène Rydaahl “le bonheur sans illusion”. Elle décrit si bien comment la vie rêvée des autres est un leurre ! Comme si les autres qui ont beaucoup plus de chance que moi. En fait, à bien les regarder ils sortent tout droit d’un dessin animé de Walt Disney ! En résumé, une princesse belle et intelligente qui épouse un prince gentil, fort et pleins d’argent. Ils sont heureux toutes leur vie et ne rencontrent aucun problème ! Est ce la réalité ? Certes avoir plus, ça fait envie, ça procurent des petits plaisirs, des montées d’adrénaline. Mais la science nous montre que l’accoutumance diminue ces effets et que ces acquis ne nous rendent pas plus heureux sur le long terme.  C’est ce la psychologie positive appelle l’adaptation hédonique dans le podcast 84 sur le désir

Jean de la Fontaine, nous le disait déjà ! “Ni l’or ni la grandeur ne nous rendent heureux.”

Passer à côté du bonheur  

De quoi parlons-nous exactement ? A en croire Google, nous sommes nombreux à nous poser la question puisqu’il y a environ 70 000 recherches par mois pour le mot «bonheur» et plus de 450 000 pour «happiness» !

Chaque individu a sans doute sa propre idée du bonheur en fonction de son vécu et de sa personnalité. 

Voici celle de Bulle de Bonheur.  Le bonheur est envisagé comme un chemin à emprunter plus qu’un résultat à atteindre. En fait, nous mettons à la porte la “tyrannie du bonheur”. En réalité, le bonheur n’est pas un devoir, c’est un droit que l’on choisit d’exercer ou pas.

Si j’imagine le bonheur comme une lumière au bout d’un tunnel, comme un aboutissement de perfections. Je suis peut-être sur une mauvaise voie. Certes, le chemin du bonheur peut être sinueux, avec des cailloux, des montagnes, voire de très grosses montagnes … En revanche, il a aussi des fleurs, de beaux paysages, des aires de repos dont il faut savoir profiter.

Si je passe à côté de toutes les petites choses positives du quotidien c’est comme passer à coté du sourire d’un enfant malgré ces 39 de fièvre. Ou alors, un sms sympa d’un collège dans une journée particulièrement difficile. Enfin, la poubelle descendue par mon ado que je trouve particulièrement mou en ce moment. Pour finir, cette citation amérindienne résume bien ces propos. « L’homme qui regarde l’horizon ne voit pas la prairie devant lui. » 

Etre dans la gratitude

Dire merci à un enfant qui a fait maladroitement son lit un matin, sourire à une personne esseulée. Ou bien, dire 3 mots à la caissière du super marché, remercier ma collègue pour son coup de main. Enfin, accepter de recevoir un compliment ou prendre le temps d appeler ma mère. Ce sont  pleins de détail du quotidien qui quand ils sont reconnus nous mettent en joie et nous permettent de vivre de petits moment de bonheur ! #20 j adopte la gratitude. #11 je dis 3 mercis par jour ou je cultive la joie #9

L’expérience de Mc Cullough

Les effets réels de cette reconnaissance ont été mis en valeur par Robert Emmons de l’université de Californie et son collègue Michael McCullough, de l’université de Miami. Ils ont demandé à trois groupes d’individus de tenir un journal. Les premiers devaient noter les expériences de leur vie quotidienne, les deuxièmes celles qui leur occasionnaient des sentiments désagréables et les troisièmes les choses pour lesquelles ils éprouvaient de la reconnaissance.

Dix semaines plus tard, ceux du dernier groupe cad qui notaient des évènement positifs était les plus enthousiastes et les plus optimistes. Donc, plus vous pratiquerez la gratitude, plus vous trouverez des raisons d’être reconnaissants… de cultiver votre jardin du bonheur ! 

Le bonheur c’est se tourner vers les autres

L’étude d’Harvard à duré 75 ans !

Cette étude d’Harvard est à la genèse de la création des jeux 2 minutes. En effet Les chercheurs ont publié, fin 2015, une étude sur le bonheur menée durant 75 ans auprès de 724 hommes. 

La moitié d’entre eux étaient issus d’Harvard et l’autre de quartier défavorisé de Boston. Chaque année ils étaient interrogés et passés au crible : Le psychiatre et professeur américain Robert Waldinger est celui qui a exploité les données nous dit : “Nous ne faisions pas que leur faire remplir un questionnaire, nous les interviewions chez eux, nous récupérions leurs dossiers médicaux chez leurs médecins. On prélevait leur sang, on scannait leur cerveau, on parlait avec leurs enfants. De plus, on les filmait en train de parler avec leurs femmes de leurs plus gros soucis.”

Les résultats au bout de 75 ans !

Alors 75 années plus tard, le bilan, remet tout d’abord en cause l’impact du milieu social sur l’aptitude au bonheur, ce n est pas la hauteur du compte en banque la voiture, la taille de la maison ou le confort du quotidien qui prime, c’est la qualité de nos “connexions sociales” et enfin que “la solitude tue”.

En effet, les personnes qui sont plus connectées socialement à leurs amis, à leur famille, à leur communauté, sont plus heureux et sont physiquement en meilleure santé et vivent plus longtemps que ceux qui sont moins connectés.

L’étude sur l’amitié

Selon Richard Tunney, professeur de psychologie à l’université de Nottingham , Pouvoir compter au moins sur cinq amis est un gage d’équilibre et d’épanouissement,. Il a interviewé 1.700 personnes sur le thème de l’amitié, et celles qui n’avaient pas de solides liens amicaux se disaient les moins heureuses. L’amitié, c’est comme le jardin, ça s’entretient !

Le proverbe hindou qui nous dit que Le vrai bonheur consiste à rendre les autres heureux. prend tout son sens

Le bonheur c’est être bien avec soi

C’est prendre du temps pour soi, souffler, se changer les idées avec une bonne lecture ou un film détendant. Ou encore, marcher, dormir, faire du sport, bricoler. Toutes ces petites actions ressourçantes sont sources de bonheur. Et sont souvent celles que nous oublions souvent pour être en harmonie. 

Gandhi nous dit : “Le bonheur, c’est le moment où ce que tu penses, ce que tu dis et ce que tu es sont en harmonie.”

Changement de regard

Comment continuer son voyage vers le bonheur ?  

Depuis 2 ans, nous vous proposons des outils, des changements de regards, des témoignages, des questionnements.

Continuer à voyager, c’est également continuer à explorer. C’est ce que nous faisons chaque semaine chez Bulles de Bonheur ! 

La thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT)

Cette approche, développée aux Etats-Unis par Steven Hayes, nous propose un autre regard que celui de la psychologie positive ou des thérapies cognitives. En même elle concentre plusieurs de nos Bulles de Bonheur. Cette approche s’attache davantage à “la souplesse psychologique”. Soit notre capacité à composer avec les pensées et les émotions douloureuses. Elle vise à vivre une existence riche et pleine de sens tout en gérant la souffrance qui fait inévitablement partie de la vie. Nous vous présentons ici quelques pistes tirées du livre de Russ Harris “le piège du bonheur”. 

Sortir du piège du bonheur

Commençons par Russ Harris qui nous invite à sortir du piège du bonheur, c’est-à-dire à se défaire de mythes. 

Quels sont ces mythes ?  

1- “Les gens malheureux sont déficients”, 

2- “Il faut se débarrasser des émotions négatives”, 

3- “Il faut contrôler nos émotions et nos pensées

Il est certain que cela peut être un travail difficile de se débarrasser de ces fausses croyances podcast #29 car elles sont fortement véhiculées par nos sociétés. En réalité, la société occidentale pose en effet un regard négatif sur les émotions malheureuses et présume que la souffrance mentale est anormale. Donc, elle nous enjoint à être heureux et à positiver. 

Accepter la réalité

Or nous l’avons vu, les émotions, agréables ou désagréables, sont toutes de précieux indicateurs pour nous guider sur notre chemin de vie (Bulle de Bonheur # 5). Et il serait dangereux de vouloir les nier et vain de penser pouvoir les contrôler. Comme la mort fait partie de la vie, les erreurs, la déception, la souffrance en sont aussi des dimensions. Donc, faire croire qu’une vie sans souffrance et sans aspects négatifs est possible est un leurre.  C’est comme si, je vous faisais croire que ces 100 numéros de bulle de bonheur ce sont passées dans le bonheur le plus total ! Nous pourrions vous parler des moments de stress avec des enregistrement à l’arrache. Parfois même dans des endroits improbables. De plus, des moments de solitudes face à des phrases ou des idées difficiles à ordonner. Et aussi des fous rires à cause d’enregistrement ratés, de joie folle à raconter des anecdoctes dont nous rions encore. Sans parler du bonheur immenses de recevoir vos témoignages d’encouragements 

 Le bonheur n’est pas inné

Pour les praticiens de l’ACT, un premier pas vers le bonheur est de reconnaître que celui-ci n’est pas inné. 

Rappelons que la préoccupation primaire de l’Homo Sapiens était d’être à l’affut de tout ce qui pouvait être un danger et de tout ce qui pouvait lui éviter un préjudice, afin d’être certain de pouvoir assurer ses besoins vitaux. Des milliers d’années plus tard, l’esprit humain a beaucoup évolué, devenant plus performant à prévoir et à éviter le danger qui est toujours présent. Toutefois, il a changé de forme : plus de crainte du mammouth ou du lion, mais peur du chômage, du rejet, des échecs, du jugement, de la maladie et beaucoup d’autres choses. Finalement, cette habitude de s’inquiéter pour des choses qui ne se réaliseront peut-être pas génère un état de tension et de stress. D’ailleurs, l’OMS a annoncé que la dépression pourrait être au 2e rang des maladies actuelles les plus répandues (elle était au 4e rang en 2016).

Regarder les faits tels qu’ils sont !

La base est donc d’accepter la réalité, de regarder les faits tels qu’ils sont. Même si cela ne nous convient pas dans un premier temps. “Impossible de construire quoique ce soit sur des illusions ou sur du vent !”. Mais bonne nouvelle, quand les faits sont séparés des jugements, la réalité prend soudainement une teinte beaucoup plus douce. Et puis accepter, ne veut pas dire se résigner. En fait, la quête du bonheur passe en effet par l’action, alors allons-y !

le bonheur

En bref !

1- Ma perception du bonheur dépend de moi.

2- Le bonheur se trouve souvent à portée de main, dans mon quotidien.  

3- La quête du bonheur dépend de ma façon de regarder la réalité 

4 -le bonheur est un voyage qui passe par la gratitude

A vous de jouer ! 

Une carte de 2 minutes ensemble ! (ou plus !) pour répondre à la question suivante :

Quel a été mon moment de bonheur aujourd’hui  ?  

Laisser un commentaire

mettre de l'ordre
ressources

Suivez-nous !

La Pétillante de 2 Minutes de bonheur : 100% positif 2 cartes gratuites par mois !

Tous les jeudis, des exclusivités pour faire le plein de positif ! Bonus : 2 cartes gratuites par mois !