“Je n’ai pas le temps de regarder tes devoirs, dépêche toi on n’a pas le temps !” Je ne trouve pas le temps d’appeler cette vieille tante si seule.

Impossible de finir ma liste de to do, le temps passe trop vite, mes journées ne font que 24h, même pas le temps d’aller me faire épiler. Ce dossier pour le remettre à temps ça va être du sport ! Ah si j’avais le temps, je m’allongerais une journée entière dans un transat à bouquiner. Je siroterais un bon cocktail avec des copines en ne faisant rien. Ou je passerais la journée avec mes enfants et le soir on se ferait un bon restau avec mon amoureux ! Et là ça me chicotte !

Je n’ai que ce mot à la bouche, le temps, je rêve d’en avoir plus et à côté de ça je ne fais rien pour arranger les choses ! Alors comment faire pour prendre le temps de prendre le temps ?

Prendre le temps d’être heureux

Remettre le temps au centre de nos vie est  le concept de 2 minutes de bonheur

Prendre du temps est un sujet central chez Bulle de Bonheur. Et 2 minutes de bonheur, c’est même notre baseline : prendre le temps d’être heureux. Le concept c’est prendre du temps en écoutant nos podcasts, prendre du temps en jouant à un jeu 2mn, en ouvrant nos coffrets 1 temps pour.. C’est pour cela que nous avions abordé ce sujet dès notre 2e podcast (Bulle de Bonheur #2 j’étire le temps).

Aujourd’hui, nous aimerions aborder à nouveau le sujet du temps, toujours aussi présent dans nos vies. Nous avons pu voir naître des mouvements comme le slow ou encore le flow. Mais nos sociétés occidentales sont bien souvent dominées par la performance, l’immédiateté et la rapidité.

Nous aimerions donc traiter du temps sous un autre angle que celui que nous avions choisi. Si la connexion au présent reste un outil essentiel pour profiter au mieux de notre temps #25 je savoure l’instant présent.

Nous souhaitons nous arrêter aujourd’hui sur l’importance du pourquoi et du comment prendre du temps et résister ainsi à l’incessante injonction d’aller toujours plus vite et d’avoir toujours plus.

Comment gérer le temps ?

Voici une petite histoire à méditer, sur l’utilisation et la valeur du temps. Certains d’entre vous la connaissent sans doute, mais elle fait partie selon nous des histoires que nous pouvons écouter à nouveau sans problème !

Vous avez gagné un concours. Grâce à cela, vous allez être crédité de 86 400 euros tous les matins au réveil. 2 règles s’appliquent à ce concours :

  • vous pouvez dépenser cet argent uniquement dans la journée. Le solde non utilisé ne peut pas être transféré sur un autre compte. Il sera repris quand vous allez vous coucher.
  • ce jeu peut s’arrêter à tout moment.

Alors la question est : que feriez-vous si un tel don vous arrivait ?

  • Dépenser chaque euro pour vous faire plaisir, et offrir quantité de cadeaux aux gens que vous aimez ?
  • Utiliser chaque pièce offerte par cette « banque magique » pour apporter du bonheur dans votre vie. Mais aussi dans celle de ceux qui vous entourent et même dans celle de ceux que vous ne connaissez pas. Car comment dépenser 86 400 euros en un seul jour ?!
  • Ne rien dépenser ? Vous aurez la même chose demain donc autant attendre le lendemain pour avoir de bonnes idées !

Vous l’avez peut-être compris, cette banque magique nous l’avons tous, c’est le temps !

Le temps magique

Tous les matins au réveil nous sommes crédités de 86 400 secondes de vie pour la journée. Et lorsque nous nous endormons le soir il n’y a pas de report possible. Ce qui n’a pas été vécu dans la journée est perdu, hier vient de passer.

Chaque matin, cette magie recommence, nous sommes à nouveau crédités de 86 400 secondes, et nous jouons avec cette règle incontournable. La banque peut fermer notre compte à n’importe quel moment, sans aucun préavis.

Mais comment apprécier la valeur du temps ? En effet, le temps n’est pas le même selon les contextes et selon nos besoins :

  • Qu’est ce que 10 ans de vie ?

Posez la question à un chercheur qui travaille sur la molécule de la maladie d’Alzheimer

  • Qu’est- ce qu’une année de vie ?

Posez la question à un étudiant qui vient de rater son examen de fin d’année.

  • Un mois de vie ?

Parlez-en à une mère qui vient de mettre au monde un enfant prématuré et qui attend qu’il sorte de la couveuse pour prendre dans ses bras son bébé sain et sauf.

  • Une semaine ?

Interrogez celui qui vient de commencer un travail à qui on annonce qu’il n’aura que 8 jours de congé.

  • Un jour ?

Demandez à deux amoureux transis qui attendent de se retrouver.

  • Une heure ?

Questionnez un claustrophobe, coincé dans un ascenseur en panne.

  • Une seconde ?

Regardez l’expression d’un homme qui vient d’échapper à un accident de voiture.

  • Un millième de seconde ?

Demandez à l’athlète qui vient de gagner la médaille d’argent aux JO, et non la médaille d’or pour laquelle il s’était entraîné toute sa vie.

Effectivement, en fonction des personnes, des moments de notre vie, notre rapport au temps est différent !

Et si je décidais de regarder comment j’investis les 86 400 secondes quotidiennes qui me sont données ? 

Prendre du temps. Plus facile à dire, à concevoir peut-être aussi … Beaucoup moins à faire, non ?

Le temps n’est certes pas extensible. il est important qu’il ne devienne pas  un tyran ou un maître qui nous aliène et nous domine.

Prendre du temps PEUT et DOIT se décider …

On en vient donc à une question de priorité : qu’est ce que je décide de faire pour prendre un temps pour moi et pour l’autre ? Comment je le mets en place ? (Bulle de Bonheur #10 je gère mes priorités).

Chacun n’a pas le même emploi du temps et certains emplois du temps peuvent être très chargés. Cette réalité est à prendre en compte. Cependant, elle n’est en rien une excuse systématique pour expliquer le fait que nous évitons de prendre de temps pour les autres et pour soi.

Les besoins et les caractères de chacun vont aussi rentrer en compte et influencer la mise en action. Faire des surprises, savoir saisir le moment quand il se présente. Ou au contraire prévoir, programmer, prendre une date … Finalement, peu importe la forme si l’essentiel est là : S’Y TENIR !!!!

Une certitude en tout cas : prendre soin de nos relations amicales et familiales tout comme de nous-même nécessite d’y investir du temps .

Nous pouvons identifier que ce temps peut s’investir principalement à 4  niveaux : individuel, en couple, en famille et socialement.

Un investissement en temps individuel

Un temps pour soi :

Prendre du temps pour soi passe par l’écoute et la satisfaction de ses besoins. (Bulle de Bonheur # 12)  “Quand je rentre d’une grosse journée de travail, j’ai besoin de prendre un temps de pause / un temps calme / un temps de bien-être”. Certains s’accordent un moment de lecture, prévoient une sortie entre filles ou entre gars, vont marcher. D’autres se font couler un bain avec des huiles essentielles, écoutent de la musique. Ou encore font une grasse matinée, se programment avec des copines des rendez-vous journaliers pour faire du Pilate ensemble !

Et vous, que faites-vous pour prendre du temps pour vous ?

Prendre du temps pour soi

Un investissement en temps conjugal

Un temps pour 2

Pour certains, cela se réalise à travers des moments partagés qui rompent le train-train quotidien comme une séance de cinéma un soir de semaine, un pot en terrasse aux beaux jours après le dîner,. Mais encore une discussion quand l’un fait la cuisine. L’idéal est que ce moment soit un vrai moment de qualité c’est-à-dire qu’il répond aux besoins des 2 partenaires.

Ces temps pour 2 peuvent passer aussi par des rituels : fêter l’anniversaire de votre rencontre ou de votre union (une surprise organisée à tour de rôle chaque année peut ajouter un côté fantaisie et lâcher-prise utile pour garder le sens de ce ritue.l (différence avec une habitude. Voir Bulle de Bonheur #4) Prendre son petit déjeuner au lit le week-end. Ou se préserver le temps du café après le déjeuner sans téléphone, sans enfants, sans interruption extérieure. Ou encore s’abonner ou acheter notre coffret 1 temps pour 2 et programmer votre soirée chaque mois !

Ils peuvent aussi être faits de moments plus ponctuels comme voir ensemble une exposition, assister à une formation ou une conférence, faire un atelier culinaire ou oenologique.  Ou s’initier à un nouveau sport, se mettre au défi de découvrir un lieu inconnu de notre environnement. Ou encore tout simplement regarder une série ou un film ensemble enlacés !

Un investissement en temps familial

Un temps pour la famille

Si vous avez plusieurs enfants, ce temps peut d’abord se prendre avec chacun des enfants individuellement.Un temps rituel comme un dîner au restaurant pour leur anniversaire à partir de leurs 10 ans. Une surprise organisée pour leurs 15 ans ou autre anniversaire symbolique. Ce peut être également un temps pour aller les voir à leur entraînement de sport, pour les conduire à une activité ou encore un temps au coucher. Souvenez-vous que vos enfants sont différents et donc que leurs besoins le sont également.

Le temps individuel va donc être propre à chaque enfant. Pas besoin par conséquent de culpabiliser car vous lisez un livre à l’un et que vous faites la cuisine avec un autre. Ou encore de vous stresser car chacun n’a pas eu le même temps ! Vous ne cherchez pas l’égalité entre vos enfants (meilleur moyen de mettre vos enfants en rivalité) mais l’équité, c’est-à-dire la réponse aux besoins propres de chacun.

Activités en famille

Nous avons relevé aussi des activités qui impliquent toute la famille, et qui participent ainsi à cette “colle familiale” importante pour nourrir notre besoin d’appartenance. Certains font des apéros flop-top (chaque membre nomme 1 flop et 1 top de la semaine, aucun commentaire n’est admis et on trinque à ces petits évènements !). Ou un apéro ou un repas festif pour fêter les vacances, une ronde des compliments (on décide que chacun nomme une qualité qu’il apprécie chez un autre). Quand les enfants grandissent et que leur sentiment d’appartenance va se nourrir ailleurs (avec les amis … Ce qui est important d’accepter et ne signifie pas que nos enfants nous aiment moins !!!). Certains prévoient à l’avance quelques jours de vacances en famille. Il y a aussi les jeux de société – comme les jeux 2 minutes de bonheur, les repas (ou quelques repas quand ils grandissent), le plateau télé, les dîners inversés (les enfants reçoivent leurs parents).

Nous pourrions aussi certainement rajouter toutes vos idées, car nous sommes certains ici que vous avez de nombreux exemples à nous proposer !

Un temps social

Nous pourrions rajouter également un temps social, c’est-à -dire un temps pour les autres : engagement associatif, humanitaire, social, communautaire. Un temps qui peut se conjuguer au singulier ou au pluriel, en individuel, en couple ou en famille.

Conjuguer tous ces temps suppose ce savant équilibre avec notamment un juste dosage des besoins. Des besoins qui peuvent être nombreux si on prend en compte ceux des personnes qui nous entourent et qui, vous le savez, ne convergent pas toujours !!!!

Or, si on ne répond qu’à ses besoins individuels, on n’est plus dans la relation aux autres. Si on ne répond qu’aux besoins des autres, on s’oublie et on a de grandes chances de finir par éprouver frustration, voire rancoeur à l’égard de ces autres qui nous en privent #67 je me positionne par rapport aux autres. 

On peut aussi éprouver un désoeuvrement quand la source de ces besoins change ou disparaît (par exemple, si je ne pense qu’à mes enfants et que je fais tout en fonction d’eux, que se passera-t-il quand ils quitteront la maison ?). Pour savoir comment trouver un juste équilibre, pensez à ré-écouter nos podcasts sur les besoins (Bulle de Bonheur #12), sur les priorités (Bulle de Bonheur #10) et sur l’équilibre (Bulle de Bonheur #13)

Attention aux effets secondaires !

Identifier les besoins de chacun et trouver le moyen de les satisfaire au mieux est une garantie de relations sociales et familiales riches et apaisées. Toutefois, nous avons observé que répondre à ses besoins ou aux besoins des autres a aussi son revers de la médaille.

Ca sera la cas quand

  • la comptabilité : « j’ai passé tout le week-end à m’occuper des enfants donc maintenant c’est ton tour…” « Ça fait 2 fois que tu sors et c’est encore moi qui vais devoir m’occuper de ça… »
  • La culpabilité : je prends du temps pour moi mais j’appelle 10 fois les enfants pour vérifier que tout va bien. Je pars quelques jours et je rapporte des cadeaux à tout le monde pour me faire pardonner mon absence. J’emmène une amie dîner mais suis peu à son écoute car j’ai des scrupules par rapport au dossier que j’ai laissé en plan.
  • Les reproches. Je rentre d’un week-end avec des amis et je râle car la maison n’est pas comme je voudrais qu’elle soit (le neurone du ménage !). Je délègue (les courses par exemple, les devoirs, une prise de rendez-vous…) Mais je passe derrière pour vérifier que c’est bien fait et je critique quand ce n’est pas fait comme j’aimerais. Je dis (ou pense très fort) à celui à qui j’ai donné du temps « après tout ce que j’ai fait pour toi, tu pourrais quand-même me dire merci / être reconnaissant / arrêter de râler…» !!!!!

Prendre du temps en conscience

Une chose essentielle et pas forcément des plus faciles, est de bien sûr s’assurer de prendre du temps mais surtout de le faire en pleine conscience. Cela implique d’être là, dans l’instant présent. Réellement là, sans faire autre chose ou penser à ce que j’aurais dû faire ou ce que je vais faire après (si on reprend l’exemple des enfants, comptez sur eux avec leurs petites antennes pour parfaitement sentir si notre présence est réelle. « Mais tu ne m’écoutes pas «  ou « on dirait que tu n’as pas envie de jouer ») Ce temps n’a pas besoin d’être forcément long, il doit être avant tout authentique et incarné.

En bref

Prendre du temps

1- C’est la base pour développer des relations saines et harmonieuses, avec les autres et avec vous-même.

2- Prendre du temps est une telle source de bienfaits qu’il devrait faire partie des prescriptions obligatoires de médecins !

3- Trouvez ces moments qui vous conviennent : rituels, surprises, moment cocooning ou festif, en silence, en musique ou dans le jeu, tout est bon !

4- Diversifiez vos façons de prendre du temps. La seule chose à ne pas changer, c’est le fait de le prendre !

5 – Prendre du temps peut se réaliser avec des actions et sur des durées très variées : ponctuellement ou régulièrement

A vous de jouer, 2 mn pour trouver de quelle façon vous allez prendre du temps d’ici la fin de la semaine, et savourer d’être pleinement dans cet instant que vous aurez défini, en solo, duo ou à plusieurs.

Bonus !

Conte court sur l’amour et le temps

Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient ensemble : l’Amour, le Bonheur, l’Orgueil, la Richesse, le Savoir, le Temps ainsi que la Tristesse.

Un jour, on annonça aux habitants que l’île allait couler. Ils préparèrent donc tous des moyens de transport et partirent. Seul l’Amour demeura derrière. Il voulait rester jusqu’au tout dernier moment et quand l’île fut juste sur le point de sombrer, il décida de demander de l’aide des autres sentiments.

La Richesse passa près de l’Amour dans un luxueux navire.

L’Amour lui dit :

– Richesse, peux-tu me prendre à bord ?

– Non, car il y a beaucoup d’or lourd sur mon yacht. Je suis déjà trop chargé !

L’Amour demanda alors à l’Orgueil qui passait dans un navire opulent. “Orgueil, aide-moi je t’en supplie !”

– Je ne puis t’aider. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon beau voilier !

La Tristesse naviguait tout près, l’Amour lui demanda : Tristesse, laisse-moi prendre la fuite avec toi !

– Amour, je suis en dépression. J’ai donc besoin de solitude et de réflexion !

Au tour du Bonheur , il passa lui aussi à côté de l’Amour, mais il était si heureux qu’il n’entendit même pas les appels à l’aide.

Soudain, la voix d’un vieil homme voix se fit entendre : Viens Amour, je te prends à bord !

L’Amour déborda tellement de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard.

Enfin arrivés sur la terre ferme, le vieil homme s’en alla immédiatement. L’Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir :

– Qui est cet homme âgé qui m’a si généreusement aidé ?

– C’était le Temps, répondit le Savoir.

– Le Temps ? rétorqua l’Amour. Mais pourquoi le Temps m’a-t-il aidé ?

Le Savoir répondit aussitôt avec de sages mots :

– C’est parce que le Temps est le seul qui comprend vraiment combien l’Amour est important !